English Italiano Francais Deutsch Espanol  
Banque des Données
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
 
 
Les écoles artistiques
 

Entre la fin du XVIe siècle et la première moitié du XVIIe siècle, la construction simultanée des Monts Sacrés a contribué à la formation d'artisans spécialisés et au développement d'ateliers d'artistes qui, en l'occurrence, se déplaçaient d'un site à l'autre.

A cette époque-là, les ateliers des maîtres offraient aux jeunes artistes des opportunités d'apprentissage indispensables pour pouvoir d'affirmer ensuite dans les domaines de la peinture et de l'architecture. Pour les commanditaires, les ateliers constituaient des étapes obligées pour réaliser des ouvrages complexes dans des délais relativement courts, compte tenu de la nécessité de faire appel et de coordonner différents corps de métiers pour les travaux de maçonnerie, les toitures, les fresques et les statues.

Gaudenzio Ferrari lui-même, dès ses premiers travaux au Mont Sacré de Varallo, avait fondé sa propre école pour former de jeunes artistes talentueux: entre autres, Fermo Stella, Antonio Zanetti, Giulio Cesare Luini et son fils Girolamo, lui aussi peintre. Le maître réalisait les parties les plus expressives, telles que les mains et les visages, ainsi que les fresques les plus exposées, en laissant à ses disciples le soin de compléter son ouvre pour pouvoir passer rapidement à une autre scène dans le même site ou ailleurs.

C'est ainsi qu'entre les XVIe et XVIIe siècles, des familles entières de peintres et de sculpteurs (qui s'occupaient souvent aussi de la construction des chapelles en tant que maîtres maçons) mirent leurs talents au service de la réalisation de ces grands théâtres des montagnes.

Parmi les principaux ateliers d'artistes de cette période, on retiendra celui des frères Tabacchetti (les flamands Jean et Nicolas Wespin), présents à Varallo et à Crea, ainsi que celui des frères Giovanni, Melchiorre e Antonio d'Enrico, dit le Tanzio, originaires du Valsesia, qui travaillèrent, seuls ou ensemble, à Varallo, Orta, Crea et Oropa.

Au XVIIe siècle, nous retrouvons la dynastie tessinoise des Silva (le père Francesco, le fils Agostino et le petit-fils Gianfrancesco) à Varese, Ossuccio et Oropa. Les frères Giovanni Battista et Giovanni Mauro della Rovere, dits les Fiamminghini, peintres de Borgovico, près de Côme, travaillèrent à Crea et Orta, aux côtés des artistes lombards Carlo Francesco et Giuseppe Nuvolone, qui avaient déjà collaboré à Varèse.

Giovanni Battista et Giovanni Paolo Recchi, qui avaient été les élèves de Morazzone, travaillèrent ensemble à Varèse et Ossuccio. Les sculpteurs milanais Dionigi et Ottavio Bussola ouvrirent leur atelier d'abord à Varallo, puis à Orta, Varèse et Domodossola.

Bien entendu, des centaines d'autres artistes ont contribué à la réalisation des Mont Sacré , depuis leur fondation jusqu'au début du XVIIIe siècle. Chacun d'entre eux a transféré d'un site à l'autre des idées, des techniques parfois innovantes, des modèles et des typologies qui ont permis de faire des Mont Sacré un superbe système, complexe et organique, d'ouvres d'art.



divisore
divisore
divisore
divisore
divisore
divisore
divisore
divisore
divisore
divisore
divisore
divisore
divisore
divisore
divisore
divisore
divisore
divisore

Textes extraits de:
F. Fontana, R. Lodari, P. Sorrenti, Luoghi e vie di pellegrinaggio. I Sacri Monti del Piemonte e della Lombardia , 2004, publié par le Centro di Documentazione dei Sacri Monti, Calvari e Complessi devozionali europei.

    Credits    Plan du site    Cookie Policy

Testata giornalistica registrata al Tribunale di Torino (n.14 del 02/04/2009)
Sacrimonti.net UNESCO PROGETTO INTERREG ITALIA SVIZZERA Beni Culturali REGIONE LOMBARDIA Regione Piemonte